AccueilCollectif de photographes Art-Logic.Forums artistiquesForum photographes artistes, plasticiens.

Comment les artistes conservaient leurs natures mortes ?

Forum photographes artistes, plasticiens.

3 commentaires dans cette discussion.



Antique_païen
Message édité.
22/09/2011 21:56:40

Comment les artistes conservaient leurs natures mortes ?

Bonjour,
J’ai une question concernant un détail technique des natures mortes de chasses. Il y a peu j’ai trouvé un oiseau mort dans l’herbe, j’ai voulu le conserver pour le peindre à la manière des peintres des siècles précédents (notamment le XVIIème). Malheureusement il a très vite commencé à sentir très fort, et le sang s’écoulait doucement, tâchant ici et là. Je me demandais comment les peintres se débrouillaient pour malgré tout les peindre, sachant que leur peintures leur prenaient des mois entiers, pour empêcher le cadavre de pourrir/sentir/attirer toute sorte d’insectes charognards.
Je me rappelle avoir vu des natures mortes montrant un faisan la tête en bas, accroché par les pattes avec une ficelle, cela a-t-il un rapport ? Je doute qu’ils les empaillaient, puisqu’on on observe aisément la position sans vie et molle de l’oiseau. Je doute aussi qu’ils laissaient pourrir ainsi dans leur atelier.
De même si vous connaissez leur astuce pour peindre durant des mois des natures mortes de fruits qui pourrissent au bout de 20jours, faites moi signe. La réponse est peut-être toute simple, mais je préfère demander.



23/09/2011 10:12:49

Comment les artistes conservaient leurs natures mortes ?

Je me rappelle avoir vu des natures mortes montrant un faisan la tête en bas, accroché par les pattes avec une ficelle, cela a-t-il un rapport ?
Cela ressemble fortement à un faisandage. Au bout de quelques temps l’oiseau tombe de la ficelle où il est pendu. :souris Ou alors est-ce un fumoir ? J’ai lu, je ne sais plus où, que certains utilisaient les glacières d’époques (Naturelles ou pas). D’autre changeaient le fruit ou l’animal au retour des chasses. Après, si le croquis est posé, une photographie, la mémoire ou l’imagination peuvent peut-être t’aider à faire le reste.



28/09/2011 21:18:37

Comment les artistes conservaient leurs natures mortes ?

Je vous remercie pour les différents axes proposés pour mes recherches, je vais me renseigner à propos du faisandage, le fumoir, et la mortification. Une personne étrangère à l’Art m’a efectivement aussi parlé des glacières naturelles d’antan, j’irais donc chercher aussi de ce côté là.
Effectivement l’hypothèse qu’un croquis préparatoire rapide ait servi à imiter la texture du plumage de l’oiseau est crédible, mais cela implique qu’il y ait une bonne part de restauration et d’invention. Je vais me renseigner aussi sur la démarche habituelle des peintres de nature morte de l’époque. Dans mon idée, il était logique qu’une nature morte était un exercice de reproduction, de virtuosité et d’imitation naturaliste, et que donc l’oiseau devait rester le même et devait forcer à trouver un moyen de le conserver, mais cela reste ma supposition de jeune peintre peut être un peu naïf.
Je pensait aussi que s’ils les conservaient dans des glacières, le plumage ne serait peut-être plus aussi bien agencé, bien en place, mais peut-être qu’en le laissant sécher...
Merci pour les débuts de réponse en tout cas !



Répondre

Contact Lettre d'information Administration