AccueilA notre agenda

18 février 2008.

Des monstres et des prodiges

Depuis les années 1970, Joan Fontcuberta joue sur les (...)

Depuis les années 1970, Joan Fontcuberta joue sur les faux-semblants en recourant à divers stratagèmes : photomontage, hybridation d’animaux naturalisés ou encore falsification de documents. A travers un parcours rétrospectif et inédit conçu autour de la notion de Cabinet de curiosités, les Musées de l’agglomération d’Annecy ouvrent au public les portes de l’univers foisonnant et totalement décalé de cet artiste, à découvrir sous l’angle du pastiche et du détournement.

Le Cabinet des Chimères

Cette exposition, sur le thème du « Cabinet de curiosités » ou plutôt du « Cabinet des chimères », instaure un dialogue entre des documents tirés des collections de sciences naturelles du Musée-Château et de pures créations nées de l’imaginaire de l’artiste. Brouillant les pistes, Joan Fontcuberta nous invite non sans humour à garder un esprit critique et un regard vigilant face à ses oeuvres. L’artiste nous démontre en effet combien les apparences sont trompeuses.

La première fois en France dans son intégralité.

Avec Fauna Secreta, une immense installation montrée pour la première fois en France dans son intégralité, il nous propose de découvrir d’étonnantes créatures qu’il affirme avoir découvertes en 1987 avec son compère Pere Formiguera, dans le sous-sol d’une maison du nord de l’Ecosse appartenant au mystérieux Dr Peter Ameisenhaufen, décédé dans un accident de voiture. Bien que la présentation paraisse des plus rigoureuses et scientifiques, ces monstres, tels un « Centaurus Neandertalensis » aux pattes de cerf et à tronc de singe, suscitent une certaine perplexité. Outre ce bestiaire saugrenu – qui donne son nom à l’exposition, le titre « Des monstres et des prodiges » étant emprunté à un ouvrage d’Ambroise Paré dans lequel ce chirurgien de la Renaissance a recensé tout une série de monstres aux frontières de la réalité et de la mythologie, Joan Fontcuberta présente aussi un authentique reportage sur la chasse à la baleine québécoise dans l’Ile aux Basques ; un Herbarium, composé de trente curieux spécimens photographiés, mis en dialogue avec une partie de l’herbier des collections du Musée-Château ; ainsi qu’une série d’Orogénèses, des paysages prodigieux que nul n’a jamais vus, confrontés à des maquettes stratigraphiques trouvées dans les réserves du Musée- Château.

Fiction ? Réalité ? La confusion des genres.

Fiction ? Réalité ? Joan Fontcuberta joue sur la confusion des genres, laissant chacun cheminer face à ces monstres et ces prodiges issus du monde végétal, animal et minéral, aussi fascinants que déconcertants – ou amusants, suivant les points de vue. Cette réflexion, qui soulève des questionnements plus que jamais d’actualité sur la véracité de tout soi-disant document, se poursuit à travers la projection d’un documentaire sur l’artiste, et d’une série de films, sélectionnés en partenariat avec l’A.D.C.H./Biennale du Cinéma Espagnol, qui fête cette année ses 25 ans sur le thème du « fake » ou vrai-faux documentaire. Le parcours se prolonge à l’artothèque d’Annecy qui présente Sputnik, l’Odyssée du Soyuz, une autre oeuvre de Joan Fontcuberta dans laquelle l’artiste apparaît sous les traits d’Ivan Istonichnikov, un vrai-faux cosmonaute russe.

Plus de date enregistrée. Vous pouvez demander une mise à jour :


Envoyer un message


janvier 2018 :

Rien pour ce mois

décembre 2017 | février 2018

Les outils de l'agenda




Contact Lettre d'information Administration